Le labyrinthe de l'Immatériel : le mage brisé, c'est moi !

Démarré par Phacochard, 10 août 2019 à 01:51:12

« précédent - suivant »
En bas
avatar_Phacochard

Phacochard

Je mets ici deux textes écrits à une semaine d'intervalle : le premier, très enthousiaste, décrivait mes impressions après une vingtaine d'heures de jeu. Le second, hélas plus pessimiste, a été rédigé après avoir beaucoup galéré lors de la longue quête labyrinthique de la tour des mages qui m'a obligé à abandonner le jeu, dépité  :'(


Premier texte

Le forum étant en veille (au mieux) mais ayant envie de parler de mon expérience sur DAO, je prends la liberté - peut-être un peu égocentrique ? - d'ouvrir un topic spécifiquement dédié à ma propre progression dans le jeu.
Je l'ai débuté seulement hier et j'en suis à une dizaine d'heures de jeu.
Mais, déjà, j'ai eu l'occasion de réaliser que cet opus allait être une aventure enthousiasmante et peut-être même dépasser celle d'Inquisition.
Je m'explique...

Avec Dragon Age, j'aurai décidément tout fait à l'envers.
Bien sûr, j'ai une excuse : je m'y suis mis très tard et, de fait, j'ai été obligé de tenir compte de la disponibilité des opus : d'abord le 2 trouvé en occase, ensuite Inquisition acheté au prix neuf et enfin Origins à nouveau en occase (pour 4€ !).
Lorsque j'ai joué au 2 - très critiqué et je comprends maintenant pourquoi ^^ - je l'avais trouvé plaisant, n'ayant pas de sujet de comparaison. Quand je suis passé à Inquisition, j'ai d'abord pris une grosse claque graphique tant la différence entre les deux opus est énorme. Mais maintenant que je suis en train de jouer au premier du nom, mon enthousiasme pour Inquisition a été un peu revu à la baisse.
DA Inquistion est certes excellent mais, au bout de 104 h de jeu, le bilan que j'en ai fait est mi-figue mi-raisin. Inquistion souffre simplement d'un défaut (enfin... disons deux) qui est propre à (quasiment) tous les open world actuels : le remplissage et la collectionite.
Ce qui revient au même, en fait, puisque récolter des objets de collections (aussi... "indispensables" que des bouteilles d'alcool ^^) revient à remplir et donc étiré artificiellement la durée de vie du jeu. Jusqu'à la lassitude et l'essoufflement.
Il y a de bonnes choses dans Inquisition mais aussi, hélas, beaucoup de quête annexes sans grand intérêt, des allers et retours obligés entre les régions et Fort Céleste, un certain systématisme qui rend le jeu routinier. Et bien sûr (aaargh !) ces foutues plantes à ramasser tous les dix pas que l'on en vient à se dire que le pauvre Trevalyan finirait par se faire un tour de rein. Par ailleurs, au fil du temps passé, on réalise que toutes les régions ne sont pas d'un égal intérêt, loin de là. Si Les Marches Solitaires et les Tombeaux d'Emeraude offrent un terrain de jeu à la fois vaste et bien fourni en quêtes diverses et variées, une région comme La plaine exaltée (avec ses combats de tranchées façon 14-18 contre des morts-vivants pour ensuite incendier le tout) lasse très vite, de même que Les Plaines Sifflantes aussi crépusculaires que monotones. Il y aurait de toute façon trop à dire et ce n'est pas l'endroit adéquat pour en parler ici.
Enfin, Inquistion souffre aussi d'une autre tare propre aux jeux actuels : comme le 2, l'accent est surtout mis sur l'action, donc les combats. Il n'y a vraiment que les quêtes de compagnons (et certaines missions principales comme celle au Palais d'Hiver) qui offrent des interactions plus approfondies. Sinon, malgré son ambition apparente, Inquisition garde une structure classique et... ronronnante.

Avec Dragon Age Origins, j'ai ressenti très vite une différence. Le côté RPG bien plus poussé.
A la mollesse des combats - un rythme qui, de toute façon, s'accorde bien à l'aspect tactique, donc plus réfléchi - s'impose une bien plus grande approche relationnelle, marquée notamment par les choix de dialogues, les interactions et des PNJ qui ne sont pas tous stéréotypés et qui peuvent s'appliquer à n'importe quel contexte, dans le genre "mère éplorée qui vous demande de sauver son fils".
Cette contextualisation des quêtes m'a vraiment marqué dans Origins : beaucoup de quêtes annexes s'inscrivent dans une logique propre au background du monde de Thédas, à savoir ici le 5iè Enclin.
Il ne s'agit pas simplement d'aller chercher dans un donjon un artefact lambda qu'un pnj mettra sur sa cheminée.

Et je vais prendre ici l'exemple d'une quête (secondaire !) que j'ai trouvé la plus remarquable par sa longueur, son écriture étoffée, son level design et ses significations profondes qui dépassent l'enjeu initial de la quête elle-même : celle de l'urne cinéraire censée guérir le iarl de Golefalois. Je l'ai trouvée vraiment formidable.
Ca commence donc à Golefalois où il s'agit de s'introduire dans le château au sein duquel il se passe manifestement des événements bien mystérieux. Et pour cause : non seulement le iarl Aemon est à l'article de la mort mais son jeune fils, Connor, jeune mage trop précoce, est possédé par un démon du désir. Le joueur se retrouve vite avec le dilemme de sauver le fils en sacrifiant la mère ou non, le tout passant par une petite virée dans l'Immatériel.
Notons toutefois, au passage, que le responsable de cette situation n'est autre qu'un condisciple de votre personnage, rencontrée au tout début du jeu si vous avez choisi de jouer (comme moi) un mage qui était déjà au centre d'une petit quête secondaire où il vous demandait de l'aider de s'enfuir de l'école des mages avec la femme qu'il aime (et, accessoirement, de récupérer son phylactère pour que l'on ne retrouve pas sa trace).
La mission de sauvetage du jeune Connor étant réalisée, il vous faudra encore aller chercher l'urne cinéraire sacrée d'Andrastée avec l'espoir que les cendres "divines" puissent guérir le iarn Aemon (ou pas), ce qui nous vaut une nouvelle (longue) quête qui débute par un passage par le village de Darse, aussi inquiétant dans son ambiance qu'un village transylvanien dans un Dracula, avant d'entrer dans le vif du sujet, c'est à dire la progression mouvementée et labyrinthique du temple protégeant la sainte relique (en comparaison, l'expédition dans les Tréfonds que nous proposait l'opus 2 avait tout du pétard mouillé).
Mais cette partie n'est pas qu'un prétexte à une succession de combats (façon donjon encore) : il en émane une dimension à la fois mystique, ésotérique et fanatique.
Personnellement, j'ai adoré l'idée des 6 spectres de personnages connus de l'histoire de Thédas (dont Maférath himself et Hessarian... entre autres) posant chacun une énigme.
De même que l'épreuve - très mystico-initiatique - de l'autel où il s'agit de se dépouiller (au sens propre comme au figuré) de tout artifice vestimentaire et guerrier pour atteindre enfin l'urne. (Petite note personnelle triviale : une scène qui m'a permis de jeter un oeil discret sur ma chère Léliana en petite tenue mais bon... passons, passons...).
Bref, j'ai trouvé cette quête assez exemplaire dans son genre, qui parvient à la fois à concilier
exploration, action, interactions intéressantes, suspense, mysticisme et une excellente mise en relief du monde de Dragon Age dans ses nombreux aspects, entre l'épique et le spirituel, le drame intimiste (et familial) et le spectaculaire.

Il est encore bien trop tôt pour faire un verdict et dresser un bilan (je ne suis qu'à une vingtaine d'heures de jeu) mais, déjà, je sens se profiler dans cet opus une "substance" et une plus grande profondeur d'écriture - surtout au niveau des rapports entre les personnages - que je n'avais pas vraiment trouvée dans les deux autres (oui, même dans Inquisition).
Alors qu'importe que le visuel ne soit pas du niveau de DAI : je n'ai jamais été de ceux qui jugent un jeu vidéo à ses prouesses techniques. L'immersion, pour moi, passe bien davantage par les personnages et les événements racontés que par une modélisation de paysage hyper-réaliste !
Il m'aura quand même fallu attendre longtemps pour atteindre à la "substantifique moelle" (comme disait Descartes) de Dragon Age. Et je dirais même : son ADN.
Mais il ne faut pas oublier non plus que le 2 et le 3 étaient des opus qui ne se déroulaient PAS lors d'un Enclin. D'où sans doute aussi cette impression qu'avec Origins, j'entre enfin - et malgré la connaissance de Thédas nourrie par l'encylopédie et Internet que j'ai pu accumuler -
au coeur du sujet, comme en témoigne par exemple la cinématique à Ostagar montrant le déferlement des Engeances !
Voilà ce qui arrive quand on joue à une saga vidéoludique rétrospectivement ^^
Les Enclins ? Mais où avez-vous vu des Enclins ? me disais-je alors lors de DA 2 et DA I.
Et bien en voilà un, enfin !
PS : et, last but not least : quelle plaisir de pouvoir jouer avec la piquante Morrigan et la belle Léliana, dont les rôles plus passifs et non jouables m'avaient beaucoup frustrés dans DAI.



Second texte

Voilà (tout) ce que j'avais écrit à ce moment de ma partie pour faire part de mes excellentes impressions sur DAI.
Et je maintiens, après maintenant une soixante heures de jeu, que DAI est pour moi le meilleur volet de la saga et de loin !
Hélas, vint alors la quête de la tour des mages.
[placer ici une musique funèbre]
Une quête (très longue là encore) qui est pourtant excellente, riche en contenu et en idées.
J'ai particulièrement aimé celle où il faut se métamorphoser en souris, en torche humaine, en golem et en esprit en sachant que chacune de ses apparences jouent un rôle spécifique dans le gameplay : très bonne idée et qui montre combien on est loin de la platitude du gameplay de DA 2 ^^
Sauf que... nom d'un cochard ! quelle complexité structurelle ! quelle labyrinthique et alambiquée progression éclatée où il faut sans cesse revenir sur les différentes zones de cette espèce d'organigramme en étoile dont les branches s'illuminent lors de la progression mais, là aussi, dans une logique tarabiscotée.
Je ne sais pas combien d'heures j'ai passé sur cette quête mais elle m'a semblé durer 50 heures et, au final, j'ai fini par abandonner (alors que, d'après ce que j'ai vu sur Dragon Univers, je n'étais pas très loin de la conclusion).
Trop de complexité tue le plaisir. Et j'ai vraiment trop galéré pour m'amuser.
De plus, le fait de ne jouer qu'un seul personnage pendant toute la durée de cette quête alambiquée a susciter chez moi beaucoup d'ennui... et de difficultés sur certains combats.
En effet, dans je ne sais plus quelle zone (le mage brisé peut-être, titre de mon topic), je me suis retrouvé à devoir affronter SIX mages à moi seul alors que, par-dessus le marché, je n'avais même plus de potion curative !
Résultat : la mort de mon personnage au bout de 5 secondes !
Après des dizaines d'essais infructueux et ultra pénalisants (essayant toutes les combinaisons de sorts d'attaques et de protections... en vain), il m'a fallut mettre le jeu en mode facile.
Et même là, ça n'a pas été aisé.

Bref, j'ai fini par abandonner à cause de cette aliénante sensation très désagréable d'être un rat (ou une souris ^^) de laboratoire coincée dans un labyrinthe et coiffé d'électrodes.
L'ironie, c'est que cette quête est pourtant excellente j'en conviens mais sa structure vraiment trop rébarabtive a eu raison de ma patience, alors que j'avais tant apprécié celle de l'urne cinéraire décrite dans mon premier avis.
Dommage.
J'y reviendrai peut-être (sûrement en fait) un jour car c'est vraiment dommage de ne pas pouvoir découvrir la suite du jeu (notamment les quêtes chez les elfes et les nains) mais là, franchement, je suis trop découragé et épuisé.
Du coup, je me suis lançé dans le nouveau God of War (qui a reçu le GOTY cette année).
Evidemment, c'est... autre chose :) mais ça m'a permis de remettre ma tête à l'endroit.

To be continued ?

avatar_Morga

Morga

Salut,

Avant toute chose, le forum n'est pas en veille. C'est en réalité le principe de son fonctionnement et le secret de sa longévité : être un lieu où à tous moments, chaque membre pourra retrouver des infos sans avoir à chercher longtemps dans les méandres du net (un peu comme une bibliothèque), être un lieu où chaque membre peut ou pourra écrire, partager ses infos, ses envies, ses délires et théories sur le thème de DA (exactement comme tu as eu envie de le faire :) ), un lieu où chaque membre peut y répondre ou simplement lire ce que les autres membres vont écrire, sans être obligé de répondre ou signaler sa présence, un lieu où chaque membre peut s'il le souhaite et surtout à son rythme, passer, lire, poster, partager sans aucune obligation d'intensité de présence.

Je sais que certains passent de temps en temps, d'autre sont des assidus et passent tous les jours sans forcément poster (répondre ou de nouveau topics).

Bref, un lieu dont chaque membre, qu'il soit juste de passage ou plus régulier, sait qu'il sera toujours ouvert. (le frigo est toujours rempli d'une bonne bière !)



Merci de ton partage sur ton expérience de jeu. C'est toujours très enrichissant.

DAO reste mon favori (surement à cause/grâce à Alistair !) mais j'avoue sans l'ombre d'un doute être de ton avis sur la pénibilité et la "rébarbativité" de la quête de la tour des mages ! Néanmoins, des guides existent afin de se dépatouiller de ce labyrinthe (chiant !) et pouvoir enfin avancer dans l'histoire qui vaut vraiment le coup.


CiterTo be continued ?

Mais oui !



- Vous, et Alistair...?

- Alistair est un idiot, ouais c'est mon idiot

avatar_Karyah

Karyah

10 août 2019 à 14:58:32 #2 Dernière édition: 10 août 2019 à 15:09:42 par Karyah
Bonjour bonjour,

Je ne vais qu'appuyer les propos de Morga sur le mode apparent "veille" du forum dans un premier temps. :) Et effectivement, même si en prime certains (dont moi) passent tous les jours sans se connecter pour voir s'il y a du nouveau, il y a des lecteurs. C'est d'ailleurs pour cela qu'on insiste toujours sur le fait qu'il ne faut pas hésiter à écrire sur n'importe quel topic du forum pour partager son histoire de jeu parce que ça intéresse.

Et ensuite, je suis du même avis que vous, les "donjons" sont loooooongs. Même si le scénario est génial, les grandes sessions comme la tour des mages ne sont pas marrantes selon moi. Je joue d'ailleurs toujours en facile pour éviter de prolonger encore plus.... Bien sûr chacun ses gouts et sa manière de jouer. :) Un petit coup de pouce d'un guide comme l'a dit Morga peut aider à passer un cap rébarbatif.

J'espère que tu arriveras à reprendre, même si ce n'est que quelques mois plus tard, car le scénario vaut le coût jusqu'au bout ! :D

avatar_Phacochard

Phacochard

Merci pour vos réactions. Et rassuré de savoir que je ne suis pas le seul à avoir trouvé cette partie rébarbative ;)
Mais bien sûr que je m'y remettrai dans quelques temps (quand j'aurai fini de défouler ma frustration en cassant des têtes à la chaîne sur God of War...).

D'ailleurs, j'ai trouvé un plan de progression des zones assez clair sur Dragon Age Univers.
Donc, ce n'est que partie remise :)
Et je viendrai sûrement continuer à vous faire part de ma progression.

See you soon :)


En haut