Dragon Age Saga Forum

Créations de fans => Autres créations => Discussion démarrée par: Kalran le 31 juillet 2013 à 15:43:12

Titre: Fanfic : Regrets d'un fratricide (désolé, nul pour les titres)
Posté par: Kalran le 31 juillet 2013 à 15:43:12
Première partie de ma fic sur les remords de Bardhan Aeducan. C'est ma première fic ^^ , ou en tout cas la première que je poste donc soyez indulgent s'il vous plait  :-[

L'ambiance au camp était lourde et chargée de tension. Bizarrement ce n'était pas dû à une dispute entre Alistaire et Morrigan, un commentaire désobligeant de Zevran, une constatation de Sten ou un sermon de Leliana. Toute cette tension était concentré en un seul être. Tout les membres du groupes faisaient semblant de ne pas le remarquer mais personne n'était dupe. Normalement les diners au camp étaient joyeux et conviviaux, remplie de rires,de blagues et de vantardises. Certes, il y avait parfois des tensions entre les membres du groupe, souvent même, mais elle finissait toujours par disparaitre ou au moins s'apaiser quand on arrivait au fromage. Hors on en était au dessert, à savoir des fruits en tout genre (les gâteaux et sucrerie étant réquisitionnés par Sten et il valait mieux éviter d'essayer d'en prendre, même en demandant poliment car on ne récoltait au mieux qu'un "non" froid et définitif), et la tension n'avait toujours pas diminuée d'un iota.
Alistair coula un regard nerveux vers la source de toute cette tension. Le dernier garde des ombres de Fereldan avec lui. Bardhan Aeducan.

Le principal intéressé était entrain de manger sombrement une pomme.
Assez grand pour sa race, Bardhan dépassait souvent ses congénères d'une bonne tête. Comme tout les membres de sa race il était robuste et trapu. Il avait une barbe blonde courte mais fournie. Il portait une épaisse armure de plate qui ne semblait pas peser bien lourd sur ses robustes épaules et dans son dos reposait un robuste écu de métal et à son côté reposait une hache d'arme à une main et une longue et épaisse dague. Deux balafres se croisaient sur sa joue, héritages de ses combats contre les engeances. Ses compagnons savaient également que de nombreuses autres cicatrices étaient présentes sur son torse et son dos. Des blessures plus récentes que Bardhan devait également aux engeances qu'il honnissait plus que tout. Ou plutôt presque plus que tout. En effet, ses compagnons avaient récemment apprit qu'il y avait une chose qu'il détestait encore plus que les engeances.

Son propre frère. Behlen Aeducan.

Ils avaient dû participer à une lutte de pouvoir acharnés entre deux prétendant acharné au trône, Harromond et le fils du précédent roi, Behlen Aeducan. Ils avaient choisit le camps d'Harromond, Bardhan qui d'habitude aimait réfléchir et prévoir chaque action, analyser toutes les possibilités et toutes les options disponibles et écoutait chacun de ses compagnons. Hors, il s'était là montré inflexible et avait refusé toute discussions à ce sujet. Il avait même répondu agressivement à Zevran quand celui-ci avait donné son avis concernant Harrowmond. Au début ce dernier l'avait mal prit, mais il avait changé d'avis, ou tout du moins comprit les raisons pour lesquels il était hors de question qu'ils s'allient avec Behlen.
Pendant toute la route qu'ils avaient fait ensemble Bardhan s'était révélé être un compagnon agréable et soucieux du bien être de ses compagnons. Il était également curieux du mode de vie des peuples de la surface et des surfaciens. Toutefois, pendant tout ce temps il s'était montré particulièrement avare de récits concernant son passé. En particulier avant qu'il ne sois banni. Maintenant tous savaient pourquoi.
Behlen, son propre frère, avait tué leur ainé et condamné Bardhan à un exil dans ls tréfonds qui ne pouvaient que le conduire à une mort certaine dans le but de devenir le seul prétendant au trône d'Orzammar. Leur père était mort de chagrin en apprenant la mort de deux de ses descendants, dont l'un dans l'opprobre.
Toutefois Bardhan avait survécu et il était revenu à Orzammar bien décidé à lavé son nom et se venger de son traitre de frère.

Et c'était ce dernier, lors d'un coup d'état désespéré qui avait infligé la dernière balafre de Bardhan. Une épaisse ligne rose lui traversait désormais le visage depuis la droite de son front jusqu'à sa joue gauche. Wymne l'avait soigné de son mieux mais il restait néanmoins une épaisse ligne rose qui traversait son visage. D'après la vieille il fallait juste attendre un peut et la blessure ne serait presque plus visible. Comme toutes les blessures graves qu'elle avait soigné. Bizarrement Bardhan n'avait pas semblé très convaincu cette fois ci. Pourtant la magie curative de Wymne avait fait ses preuves.
Oghren se leva soudainement, but une gorgée du liquide non identifié de la petit flasque qu'il trimballait partout, rota bruyamment et dit :

-Bon, ben, vu l'ambiance de merde j'crois qu'il vaut mieux pour moi me coucher. J'ai l'impression d'être à une réunion de famille.... Enfin celle de ma femme en tout cas. Il se retourna tout en lâchant un pet avant de se diriger vers sa tente.

Un silence gêné remplit l'atmosphère du camp. Ogren était peut-être rustre, ivrogne, complètement taré et avait autant de tact qu'une engeance constipé mais il avait été le seul à avoir eu le courage, ou l'inconscience, de dire tout haut ce que tout le monde pensait tout bas.
Après quelques instants de silence Bardhan finit par sortir de son mutisme pour dire.

-Bon, si vous en avez marre vous pouvez aller dormir, je ne vous retiens pas. Je prendrai le premier tour de garde.

Tous ceux qui étaient autour du feux se regardèrent gêné. Alistaire ne voulait pas laisser son ami et camarade garde des ombres seul avec ses problèmes, après tout il avait été là quand lui même avait affecté par la mort de Duncan. Wymne était la membre la plus âgée de leur groupe et elle était considéré par tous, ou presque, comme une conseillère avisée, une mentor voir même une mère de substitution. Chose qu'elle assumait totalement et qui lui faisait même plaisir. Toutefois elle et Alistair étaient tout à fait incapables de savoir comment aborder le sujet du fratricide de leur ami. Quand bien même ce fratricide avait été un nécessaire et justifié, tant du point de vu de l'honneur que de la mission. Néanmoins, comment aborder la question du meurtre d'un membre de sa propre famille ?

Leliana était dans la même situation que ses amis, mais à ses yeux la situation était encore pire car elle était l'amante du garde des ombres. Elle connaissait une partie de son histoire qu'il lui avait raconté par bribe. Il lui avait fait promettre de ne pas raconter son histoire aux autres. Au départ elle avait voulu écrire une geste sur l'histoire de son amant, son imagination avait composé une geste mêlant l'épique et le tragique dans laquelle Bardhan revenait pour faire tomber une juste vengeance sur les épaules de son frère félon et rétablir l'honneur de son nom.
Elle savait maintenant que jamais elle n'aurait put comprendre toute la tragédie de l'histoire de Bardhan, jamais elle ne finirait sa chanson et jamais elle ne la chanterait. Elle n'en avait pas le droit. Et elle ne s'en sentait pas capable. La tragédie était bien là, mais elle avait qu'il n'avait aucune gloire dans le fait tuer un membre de sa famille, quand bien même celui-ci l'avait mérité.

Sten et Morrigan qui n'éprouvait pas les mêmes états d'âmes que les Wymne, Alistaire et Leliana se levèrent pour suivre l'exemple d'Oghren, les rots et les pets en moins.

-Pour une fois je suis d'accord avec le nain, vous voir entrain de pleurnicher pour la mort de quelqu'un qui a plusieurs fois tenté de vous tuez m'insupporte. Vous avez le même air pitoyable qu'Alistair il y a quelque mois.

-Eh ! Protesta ce dernier.

-Nous ferions bien d'aller nous reposer. Nous devons reprendre nos forces pour combattre nos ennemis. Renchérit Sten en allant vers sa propre tente.

Il ne resta bientôt plus que trois irréductibles autour du feu. Zevran étant partit silencieusement on ne savait pas trop quand, sans doute pendant que le groupe était occupé avec la langue acerbe de Morrigan.

Bardhan rompit le silence gêné en poussant un soupir.

-Vous forcez pas je vous dit. Allez vous reposer moi j'ai pas sommeil.

-Bardhan... Commença Alistair. Tu sais que si tu tu veux parlé de... ce qui c'est passé à Orzammar... Sache que je serai toujours là pour t'écouter.

-Hum. Répondit Bardhan.

-Tout comme moi et nous tous ici. Même si Morrigan dit le contraire, tu sais qu'elle n'a jamais été à l'aise avec les autres. Renchérit Leliana en prenant la main de son amant.

Wymne acquiesça d'un signe de tête.

-Je sais que votre situation est difficile pour vous. Mais peut-être vous sentirez vous mieux après en avoir parlé.

Un long silence accueillit cette phrase. Leliana sentit la main de Bardhan se crisper. Le doute se manifesta sur son visage et pendant quelques instants ses amis crurent qu'il allait dire quelque chose. Mais finalement il poussa un nouveau soupir pour dire.

-Merci mais non merci.... Plus tard peut-être. Pour le moment j'ai besoin d'être un peut seul... de réfléchir à ce qu'il c'est passé... à ce que j'ai fait.

-Très bien nous comprenons. Dit Wymne à regret en hochant la tête.

Elle se leva pour se diriger vers sa tente, Alistair hésita quelque seconde avant d'emboiter le pas à la doyenne de l'épique. Seul Leliana resta avec Bardhan.

-Leliana. Va te coucher s'il te plait.

-Mais...

-J'ai besoin d'être seul. Ajouta-t-il d'une voix plus ferme qu'il ne l'aurait voulu. Je te rejoindrai bientôt... promis. Mais là...

-Oui... je comprend excuse moi.

Elle regagna la tente qu'ils partageaient avec réticence. Avant d'entrer elle jeta un dernier regard à son amant, il semblait un rocher d'acier lugubre vouté, comme si le poids du monde reposait sur ses épaules. Ce qui était le cas, se dit-elle en pensant à l'enclin, et maintenant un poids plus grand encore venait s'y ajouter. A contre coeur elle finit par rentrer dans la tente.

Laissé seul Bardhan soupira une énième fois. Il savait qu'il aurait dû se montrer plus courtois avec ses amis, surtout avec Leliana. Ils ne méritaient pas qu'il les congédies ainsi alors qu'ils essayaient juste de l'aider. mais il ne pouvait se résoudre à en parler... Dire à haute voix qu'il avait tué son propre frère. Le dernier membre de sa famille.

Comment en étaient-ils arrivé là ? Comment leur famille avait-elle put s'entre déchirer ? Comment l'un d'entre eux avait-il put entreprendre de massacrer sa propre famille par appât du pouvoir ? Alors qu'ils avaient vécu ensemble depuis leurs plus jeunes âges ! Ils avaient mangé, apprit ,combattu,  ensemble. Ils discuté et débattu sur la meilleur façon de redonner à leur peuple leur gloire passé. Lui et Belhen avaient même été en accord avec un grand nombre de sujets à ce propos... Alors pourquoi ? En réalité Bardhan connaissait la réponse... Le pouvoir ne se partageait pas aux yeux de Behlen.

Bardhan leva la tête vers le ciel étoilé. Même si il ne l'avait jamais avoué devant les autres, le ciel l'avait toujours autant fasciné qu'effrayé. A Orzammar il y avait toujours la présence d'un plafond, même si si il était haut. C'était rassurant. Il était toujours là, inflexible, immuable. Le ciel lui était immense et aussi inconstant que l'immatérielle. Cela l'avait toujours aussi bien fasciné que terrifié, le ciel était à la fois plein et vide, et la beauté des étoiles était toujours quelque chose qui l'avait fasciné et émerveillé malgré le fait qu'il se soit habitué à la vie à la surface.

Toutefois ce soir il était aveugle à leur beauté alors que devant ses yeux se rejouait son passé. Alors que son esprit cherchait à comprendre quand tout avait basculé. Quand sa famille avait été condamnée.

Titre: Re : Fanfic : Regrets d'un fratricide (désolé, nul pour les titres)
Posté par: Gyapple le 31 juillet 2013 à 17:30:32
Malgré les maladresses disséminées ici et là, j'ai beaucoup aimé! J'ai moi même joué une Naine Noble, je trouve que les sentiments faisant rage dans la poitrine de Bardhan rendent plutôt bien hommage à l'histoire.
Quelques efforts à faire certes pour la forme, mais pour le fond, tu as tout bon! Je t'encourage vivement à continuer. :D

(Et comme le veut l'adage; LA SUITE!)
Titre: Re : Fanfic : Regrets d'un fratricide (désolé, nul pour les titres)
Posté par: Natsumi le 01 août 2013 à 12:12:08
J'aime beaucoup cette fic ! Malgré quelques petites fautes, c'est fluide et agréable à lire, et on reconnaît bien le caractère de tous les persos. Pour ma part, la seule chose qui manquerait potentiellement (mais c'est aussi parce que j'en suis gaga), c'est de mentionner le Mabari qui veille fièrement sur son maître alors que celui-ci est pris en pleine tourmente ;)
Titre: Re : Fanfic : Regrets d'un fratricide (désolé, nul pour les titres)
Posté par: Kalran le 01 août 2013 à 12:32:16
Et bien merci pour votre soutien ^^ je suis entrain d'écrire la suite mais cela va sûrement me prendre un peut plus de temps. Pour le mabari pas d'inquiétude je le ferai intervenir plus tard. Je pouvais quand même pas l'oublié  ;D
Titre: Re : Fanfic : Regrets d'un fratricide (désolé, nul pour les titres)
Posté par: Kalran le 04 août 2013 à 01:10:18
J'ai pas encore finit la deuxième partie, même si cela avance plutôt bien. En attendant je poste ici mes prochains projets de fic :

-La fin d'une légende : Cette fic prend place quelques année après Awakening alors que le héros de Férelden ressent l'appel et comprend que son heure est finalement venu d'entreprendre son dernier voyage. Cette fic retrace alors son parcours alors qu'il va rendre visite à ses vieux amis mais aussi sur ses regrets, ses doutes et ses craintes.

-Le destin d'un demi-dieu : Mon plus important projet pour le moment et je n'ai pas beaucoup d'idées pour lui mais le décors est posé.
L'enfant du garde des ombres et de Morrigan est aujourd'hui adolescent. Noble à la cour d'Orlaïs, habitué au complots grâce à une partie de sa vie passé à la cour, formé aux arcanes magiques par sa mère et habile combattant il semble vraiment avoir un destin grandiose et sans difficultés vu ses nombreux talents. Néanmoins il devra faire usage de toute ses capacités, dont certaines ignorés pour survivre non seulement à la guerre mage contre templier qui a éclaté et des événements encore plus terrible qui menaceront l'ensemble de Thédas ou tout simplement qui voudront lui nuire personnellement. Menacé de tout les côtés, sans savoir à qui se fier il fera tout ce qui est nécessaire pour échappé au destin qu'on a cherché à lui imposer pour créer le sien.

-Rivalité fraternelle (titre non définitif): Une Fanfic qui sera centré sur la relation conflictuel et pourtant complice qui unie Hawk le mage apostat à son frère Carver le templier.

-One shot : Comme son nom l'indique ce sera une série de One Shot sur le/la garde des ombres et ses comparses mais aussi sur Hawk et sa vie à Kirkwall avec ses compagnons. Les one shots pourront être tragique, joyeux, drôle ou épique, ils n'auront normalement pas de lien entre eux et mettrons en scène des gardes des ombres et des Hawks différents.

Il est à noter que je pourrai réaliser des sondages, notamment pour les One Shots pour poser des bases qui vous plaisent ^^
Titre: Re : Fanfic : Regrets d'un fratricide (désolé, nul pour les titres)
Posté par: Kalran le 04 août 2013 à 12:47:17
Voilà la suite ^^ :

Trayan et Bardhan s'étaient toujours bien entendu, Trayan était déjà âgé de huit ans quand son cadet était né et était tout de suite tombé sous le charme de son petit frère. Il s'occupait de lui aux côtés de son père et de sa mère et seul quand ceux ci ne le pouvait pas à cause de leurs responsabilités. Quand les temps des jeux étaient passés pour Trayan et avait du commencé à recevoir son éducation royale. qui comprenait l'histoire de leur peuple, la tradition des nains et la maitrise de toutes les armes. Trayan s'était mit dès lors à donner des cours de combat contre son jeune frère qu'il battait sans cesse, dès lors Bardhan avait juré sur ses ancêtres qu'il surpasserai Trayan. Malgré tout ses efforts il n'avait jamais vaincu son fère au cour d'un combat. Et pourtant, jamais il ne lui en avait voulu d'être plus fort. Il était juste furieux de perdre... Bon et de l'auto congratulation de son frère et de ses commentaires rabaisseurs à son égard mais cela avait toujours été un jeux pour eux. La naissance de leur petit frère, Behlen, cinq ans avant l'entrée à la cour de Bardhan apporta beaucoup de joie à toute la famille Aeducan. Ce petit frère était considéré comme une bénédiction par Trayan et Bardhan qui s'en occupait dès qu'ils avaient un peut de temps libre, au grand plaisir de leur père et leur mère qui avaient dès lors un peut plus de temps à eux pour s'occuper des affaires d'état. Au fur et à mesure que les années passaient les deux frères continuèrent d'entretenir leur relation si complice et entreprirent d'en forger une avec leur petit frère. Ce paradis dura jusqu'à l'entrée à la cours de Bardhan cinq année plus tard,
Ah , son entrée à la cours. C'était là que leurs relations se commencèrent à se détériorer.

Bardhan avait toujours été à l'aise avec les gens, il manifesta vite en grand intérêt pour la politiques naine et se fit rapidement une opinion personnel sur ce que devait être le peuple nain. Il s'était rapproché de ceux que l'on appelait "les réformateurs" qui aspiraient à des changements dans la société naine. Bien évidement, ce camp était minoritaire, et il était rare qu'une maison entière ne rejoigne ce partit politique qui était largement minoritaire. De plus, la plupart de leurs membres n'étaient motivés que par des raisons personnelle, ce qui ne faisait que baisser l'estime que les nobles nains avaient de ces pseudos opposants politiques. La plupart des nains se satisfaisaient très bien de leur politique actuel. Qu'importaient les surfaciens et les Parias ? Pourquoi s'interroger sur l'utilité du système de castes alors que les nains avaient toujours vécu avec ce système sans que cela ne dérange personne. Pourquoi changer ? Bardhan n'avait jamais ouvertement rejoins le camp des "réformateurs" mais il n'hésitait pas à défendre ses idées, sans pour autant se montrer agressif et écoutait les objections de ses interlocuteurs, approuvant parfois dès points où il pensait être en tord mais défendant fermement ceux dont il avait la certitude d'être dans le vrai. De plus il ne regardait jamais avec mépris une famille qui venait juste d'accéder à la noblesse ou qui avait avait subit des revers et accordait à chacun le même respect, s'inspirant du comportement de son père qu'il respectait et admirait. Toutefois il n'était pas sans défaut, Bardhan avait toujours eut le sang chaud et épuisait régulièrement son ami et protecteur Gorim au cour de duel d'entrainement et fréquentait assidument le salle d'entrainement, ce qui ne l'empêchait parfois pas de chercher querelle et provoquer en duel ceux qu'il pensait sans honneur ou qui insultaient sa famille. Mais bien que ces écarts aient plusieurs fois mit son père plusieurs fois dans l'embarras, certains trouvaient que cela renforçait le côté honorable et fougueux du jeune homme et le prenait en sympathie pour cela. Ce mélange à la fois de ténacité, de fierté familial, de fougue  mais également d'humilité face à son père et ses ainés renforçait la sympathie et le respect  que les membres de la noblesse et de la caste guerrière avait pour lui.
De plus il émanait de lui un certain charisme qui encourageait les gens à suivre ses idées ou du moins à l'écouter. Pour toute ces raisons il devint très vite un des favoris de la cour.
C'était sans doute pour cela que sa relation avec Trayan s'envenima. Trayan n'était ni idiot, ni faible mais il n'avait pas le charisme de son cadet, il s'encrait dans le traditionalisme et se montrait cassant et antipathique avec tout ceux qu'il estimait être d'un rang plus bas que lui et témoignait d'une certaine arrogance qui pouvait tout autant impressionner qu'attirer l'animosité. Il avait rassemblé autour de lui des alliés et des gens qui appréciaient son caractère bourrue et sérieux, mais le fait était que au bout de quelques années on préféra beaucoup plus son jeune frère qui était plus "coulant" et ouvert d'esprit. C'était à  ce moment là que leurs rapports commencèrent à se dégrader.

Peut-être que Trayan était jaloux du succès de son frère, qu'il le voyait comme une menace concrète à son accession au trône ? Qu'il était contre les idées de Bardhan ou tout simplement qu'il était jaloux de sa réputation et ses succès grandissants mais dans tout les cas il devint cassant, méprisant et parfois même presque agressif envers son cadet. Bardhan n'avait pas comprit ce brusque changement d'attitude envers lui et son frère avait refusé à chaque fois de lui répondre clairement sur ce changement d'attitude. Bardhan pensait alors que ce n'était qu'une réaction passagère, peut-être avait-il offensé son frère sans s'en rendre compte, ce qui au finale était bien le cas, mais il allait oublié cela et ils reprendraient leurs relations comme auparavant.

Mais Bardhan dû vite se rendre à l'évidence que ce ne serait pas le cas. Le comportement de son frère ne changea pas d'un iota au cour des semaines qui suivirent et finalement l'inévitable devait se produire.
Une violente dispute finit par éclater entre les deux frères. Lasse de l'humeur massacrante de Trayan et son comportement envers lui, Bardhan alla le voir pour exiger des explications et qu'il cesse de se comporter ainsi avec lui. Évidement Trayan lui répondit avec sa bonne humeur et son tact naturel, lassé et furieux Bardhan avait répliqué avec force et ainsi, la dispute qui devait enterrer à jamais leur affection et leur complicité fut engager. Cela faisait si longtemps que Bardhan avait oublié la plupart des choses qu'ils s'étaient dit ce jour là. De toute manière, il y avait peut à retenir de ce jour maudit sans compter que Bardhan avait fait son possible pour oublier cette affrontement orale qui lui était aussi douloureux que si il avait été passé à tabac par un groupe de Qunaris. Alors pourquoi ne pas s'être excusé ? Pourquoi aucun d'eux n'avait-il cherché à s'excuser auprès de l'autre pour son comportement et ses mots dure ?
Bardhan eut un sourire amère. Il connaissait la réponse. Ils étaient tout deux trop fières. C'était un très qu'ils avaient toujours partagé, trop peut-être, car aucun d'entre eux n'avait jamais fait le premier pas pour se faire pardonner de l'autre tout simplement parceque tout deux refusaient de reconnaitre devant l'autre qu'ils étaient en tord.
Finalement les choses ne firent qu'empirer entre les deux frères et de nombreuses autres disputes éclatèrent entre eux deux, bien qu'aucune ne fut aussi douloureuse que la première les mots étaient également dure. Toutefois Bardhan souffrait réellement de la situation, même si il ne le montra jamais et n'en parla à personne. Pas même à Gorim qui était devenu son meilleur ami et son confident. Il n'était pas sur de ce que ressentait Treyan, mais il lui avait semblé un jour, après une autre violente dispute, après avoir un risqué un regard en arrière que Treyan lui aussi avait l'air triste.

Un gémissement tira Bardhan de ses pensées moroses, il tourna la tête et sourit en voyant Malrn, son fidèle Mabari. Le chien était assit à ses côtés et observait son maitre avec un regard pétillant d'intelligence. Marln était très intelligent et Bardhan était sur qu'il comprenait ce qu'il disait, même si Alistair se montrait sceptique à ce sujet. Le nain noble tendit la main pour caresser la tête du Mabari et celui poussa un autre gémissement, comme si il sentait la peine de son maitre. Il s'allongea en mettant sa tête sur  les genoux de son maitre alors que celui continuait de lui gratter la tête.

-Tu es peut-être le seul que j'ai envie d'avoir prêt de moi à ce moment là. Dit Bardhan à Malrn. Non pas par ce que je suis en colère contre les autres mais parcequ'ils voudraient sans cesse que je leur parle de mon... problème. Oh, ils n'insisteraient pas mais je sentirai toujours le poids de leur regards et cela me pèserait. Même si leur désir est de m'aider.

Bardhan qui avait laissé son regard se perdre dans le vide revint sur le fidèle Marln.

-Toi c'est différent. Tu es assez intelligent pour parler mais assez sage pour te taire. Dit Bardhan en citant un vieux proverbe Féreldien à propos des Mabaris.

Le molosse gémit comme en écot avec la souffrance psychologique de son maitre.

-Ne t'en fais pas cela va aller, je vais bien... même si cela pourrait aller mieux. Pour le moment je veux juste penser à ce que j'ai fait. Ne t'en fais pas je ne ferai rien de stupide. Tu peux aller te coucher.

Le puissant matin se releva visiblement à contre coeur et après un dernier regard à son maitre assit près du feu partit à la recherche d'un coin où il pourrait passer la nuit.

Bardhan lui était déjà retourné à sa sinistre introspection. Il repensa à Behlen. Le petit dernier de la famille, celui qui était toujours discret et qui ne se faisait pas remarquer, qu'on ne remarquait pas tout de suite et qui restait soigneusement à l'écart de l'arène politique et préférait ne pas donner ses opinions sur la politique naine, sauf à son grand frère Bardhan avec qui il s'était rapproché et s'entendait très bien.
Du moins Bardhan le pensait-il avant ce jour funeste. Celui où il avait tout perdu à Orzamar. Ses biens, son titre, son honneur... et surtout sa famille.

Inévitablement le guerrier se rappela le jour où tout avait basculé.