18 octobre 2019 à 16:50:36

Nouvelles:

Forum en cours de rénovation, désolé pour les perturbations ! [Natara]


Greedfall

Démarré par Tali, 21 septembre 2019 à 13:51:14

« précédent - suivant »
En bas
avatar_garrus_tali

Tali

Greedfall est un Action RPG développé par Spiders et édité par Focus Home Interactive. L'action prend place dans un univers fantastique, inspiré de l'Europe du 17ème siècle. L'aventure se déroulera dans un monde dans lequel un ancien continent est ravagé par une maladie mortelle incurable. La découverte d'une nouvelle terre, pleine de ressources vont pousser les différentes nations à tenter de la coloniser et ainsi maintenir un espoir de survie pour les populations.

Sacré speech.  ;D  C'était le seul jeu qui avait attiré mon attention à la GC et donc profitant de mes vacances, j'ai testé sur PC. Alors de premier abord, autant être honnête, les graphismes sont loin d'être ouf. C'est pas très beau, les animations sont pas top non plus. Un peu plus travaillé pour vos compagnons ceci dit.

Vos compagnons, parlons-en, on ne peut pas monter leur capacité (elles se montent semble t'il tout de seul). On peut juste changer leurs équipements. Par ailleurs, il y a un système de ami/méfiant qui est assez coriace. Ca prends par surprise au début quand on est habitué à Dragon age avec ses petits logos pour savoir sur quel ton, on dit quelque chose.

Les capacités type charisme, sont joué à la proba (ah le vrai RPG). Ce qui peut faire bien suer parfois quand même avec 75% de charisme, on se vautre sur un dialogue. J'invite de toute façon, à faire sauvegarde trèèèèèèèès régulièrement. Pour moi, c'est quasiment indispensables.

En bon point, après un début qui est compliqué à appréhender (nouveaux univers, beaucoup de factions et d'histoires), l'histoire nous accroche et il est difficile de lâcher. Ca faisait un moment que je n'avais pas jouer autant en si peu de temps. Les combats sont un peu mou mais les quêtes sont variés et sincèrement intéressantes. Même surprenante pour certaines.

Je n'ai pas eu cette impression de juste devoir voyager d'une carte à l'autre pour collecter 20 xp (même si, oui c'est effectivement ce qui se passe, faut pas se leurrer.). De même, il y a souvent plusieurs moyens de finir une quête, avec un risque de froisser quelques factions aux passages.

En bref, un jeu que je conseille, à essayer pendant ses vacances (et pas à la fin de celle-ci comme certaine  ;D )


avatar_Phacochard

Phacochard

En fait... j'avais ouvert un topic sur le jeu puis je l'ai effacé car... je n'étais pas satisfait de ma partie au bout de 18h de jeu.
Non pas parce que le jeu est mauvais mais parce que c'est moi qui y ait mal joué  :-\
Je l'ai donc temporairement abandonné et le recommencerai depuis le début dans quelques mois.

Mais j'ai retrouvé mon texte et voilà ce que j'en disais (attention, c'est un peu long  :P ) :


Il existe un adage bien connu en France qui dit, en substance, "on a pas l'argent mais on a les idées". En ce qui concerne les moyens financiers, je n'ai aucune peine à le croire.
Comme pour le cinéma, les studios français ne peuvent pas rivaliser avec les dizaines de millions de dollars investis dans des gros triple A comme Red Dead Redemption 2, GTA 5, God Of War ou Spider-Man PS4.
Maintenant de là à dire que la France a davantage d'idées... c'est très relatif.
Les développeurs de Greedfall ne se démarquent pas sur cet aspect : dans les limites de leurs moyens, ils se sont largement inspirés de ce qui s'est fait de mieux dans le monde anglo-saxon en matière de RPG : Dragon Age, The Witcher, les derniers Assassin's Creed.

Non... je crois que si un aspect devait singulariser un peu les (bonnes) productions vidéoludiques hexagonales, ce serait le soin tout particulier apporté à la direction artistique.
A l'instar d'un récent A Plague Tale : Innocence mais aussi d'un Remember Me, Greedfall marque surtout par son visuel soigné et immédiatement séduisant, léché et raffiné, qui puise son inspiration dans les toiles de maître du XVIIiè siècle - époque à laquelle se situe justement Greedfall. Avouons que cela change agréablement des sempiternelles environnements post-apo qui poussent comme des champignons (nucléaires ?) depuis ces dernières années dans l'industrie ou encore les champs de batailles techno-biduloïde encombrés de mécas et de bidasses en armures surboostées. Ou pire : les jeux militaires de type "For Honor" et leur idéologie si typiquement made in USA.
Et une direction artistique soignée va souvent de pair avec une ambiance particulièrement immersive. Greedfall , malgré ses (nombreuses) limites, donne bien la sensation au joueur d'être transporté dans un univers envoûtant et original par le mix qu'il crée entre un contexte en apparence réaliste et historique d'un côté (inspiré donc de notre propre XVIIiè siècle) et un fantastique proche de la fantasy avec son bestiaire pittoresque, ses tribus indigènes (fortement inspirées des indiens d'Amérique) et l'omniprésence de la magie.
Et j'ajouterai que, quand votre personnage se met à manier la rapière face à des dragonneaux rouges virevoltant, j'ai eu une pensée pour Les Larmes du Cardinal de Pierre Pevel.
Voilà : le contexte est planté. Et le plaisir est bien là.

Au niveau du gameplay, il se partage entre les combats (évidemment) qui permettent, à l'instar d'un Fable 2 par exemple, de combiner armes de mêlée, armes à feu et pouvoirs magiques. C'est efficace, plutôt bien pensé, même si ça demande un temps pour bien maîtriser - du moins si vous voulez combiner les trois - les nombreuses possibilités sur pas moins de 16 capacités (4 avec les touches classiques carré, triangle, rond et croix + 4 avec les mêmes quatre touches mais en maintenant R2 + les 4 raccourcis de la croix directionnelles + les 4 autres pouvoirs déclenchés avec R1 = total 16 ^^). Toutes ses capacités/compétences et attributs devant être bien entendu choisies dans les différents arbres de skills.
Bref, niveau combat, il y a de quoi faire et varier les approches et tactiques.
Ensuite, le second aspect - plus intéressant - du gameplay vient de la composante diplomatique, assez mise en avant puisque, après tout, votre personnage est un légat, donc un diplomate. Il est donc souvent possible de régler certains problèmes par la discussion et surtout la persuasion... pour peu que vous ayez débloqué l'attribut Charisme dans l'arbre idoine et les différents niveaux.
Car, dans Greedfall, la manière d'aborder une situation - diplomatique ou conflictuelle mais aussi d'exploration - dépend beaucoup de votre pourcentage - et donc vos chances de réussite - dans des attributs divers comme Charisme, Vigueur, Habileté, Crochetage, Force, etc...
Et c'est là que ça se complique car, évidemment, les points donnés sont rares (il faut les mériter) et on ne sait pas toujours quoi choisir. Ainsi, vous pouvez très bien (je parle d'expérience) ne pas pouvoir faire une quête annexe tout de suite dans une mine ou simplement gravir une pente (!)... parce que votre taux de Vigueur n'est pas assez importante (ben oui : j'ai dépensé mes points pour Charisme et Habileté, ne pouvant pas tout avoir).
A l'inverse, si vous avez surtout dépensé vos points dans Force et Vigueur (et Honneuuuuur !) parce que vous êtes un gros bourrin, vos chances de persuader votre interlocuteur récalcitrant lors d'une mission demandant du doigté ne risquent pas de dépasser 50 %, voir 25%.
Il ne vous reste plus alors qu'à allonger la monnaie (si c'est possible), lui fendre le crâne (même si ça ne sert à rien sinon à vous défouler) ou partir penaud.
C'est le parti-pris de Greedfall que j'ai trouvé à la fois le plus intéressant et... le plus frustrant, surtout à la première partie (car j'imagine que, ensuite, on peut anticiper les missions et savoir à l'avance quelle compétence ou attribut est néccesaire pour la mener du mieux possible).

Arrivé à ce stade de mon compte-rendu, on peut donc affirmer deux choses sur Greedfall : le jeu est une réussite sur le plan artistique et son gameplay tant au niveau des combats (malgré une certaine exigence) qu'au niveau des interactions et séquences dialoguées (mais aussi des enquêtes car il y a des enquêtes à mener) est plutôt bien pensé.
Alors pourquoi se rapprochement - infamant ? - avec un certain Dragon Age 2 ?
A cause de deux mots : copier-coller.
Car où le jeu pèche vraiment, c'est au niveau des décors, surtout intérieurs.
A l'instar des donjons de Dragon Age 2, de nombreux décors sont reproduits tels quels d'une ville à l'autre, d'un village indigène à l'autre, parfois même d'un extérieur à l'autre.
C'est assez étrange de voir ainsi le palais du gouverneur de Nouvelle-Sérène (ville commerçante principale), l'ambassade de Thélème (chef-lieu des cathos intégristes) et l'ambassade d'Hekmet (chef-lieu des savants progressistes) avoir exactement la même topographie, les mêmes éléments de décor (avec parfois quelques différences comme des autels de prière à Thélème) et le même mobilier. Idem pour la maison qui sera attribuée à votre personnage dans chacune des cités ("Home Sweet and Similar Home") mais aussi les villages des natifs de l'île avec la même grande hutte du chef qui ressemble comme deux gouttes d'eau à la hutte d'un autre chef (au moins, il n'y a pas de jaloux !)
L'architecte des colons devait sans doute être un lointain descendant de Amonbonphis (Gerard Darmon) dans Astérix et Obélix : Mission Cléôpatre qui avait l'habitude de toujours "faire comme on a toujours fait".
Plus sérieusement, c'est là où Greedfall montre clairement ses limites (financières) et cet aspect un peu artificiel que les références aux peintures que je citais plus haut renvoie.
On est ainsi dans une joli peinture mais qui rappelle un peu trop souvent qu'elle n'est justement qu'une peinture, fut-elle en 3D.

Alors, est-ce vraiment rédhibitoire pour l'expérience de jeu ?
Pas tout à fait car les quêtes, elles, sont biens variées, toutes soigneusement écrites, en majorité intéressantes et permettent toujours d'en savoir un peu plus sur le monde et la société (et les rouages de sa politique) de Teer Fradae, tout comme les quêtes de compagnons (à l'instar des jeux Bioware) permettent de mieux connaître leur passé et leur présent.
Ce qui permet donc aux personnages faisant partie des diverses intrigues d'être suffisament vivants... contrairement aux figurants des cités qui, eux, ne brillent ni par leur nombre ni par leur conversation (ils vous lâcheront le plus souvent une phrase, souvent répétées comme les décors). En ce qui concerne la faune de l'île (animaux plus ou moins hostiles ou monstruosités carrément mortifères), on notera aussi une étrange particularité : les créatures demeurent parfaitement immobiles - comme prisonniers d'une sorte de stase - jusqu'à ce que vous arriviez à une certaine distance où, à partir de là, elles s'animent soudain (et deviennent particulièrement agressives). J'ignore s'il s'agit là d'un parti-pris des développeurs (donner au joueur la possibilité de renoncer avant que l'attaque ne débute) ou un problème attribuable à la technique.
Mais ça rend aussi perplexe.
Ces écueils gêneront sans doute certains joueurs (et nuiront à l'immersion) qui pourrait avoir l'impression d'avoir affaire à des décors en carton-pâte montés sur rails de théâtre que l'on réutilise d'une scène à l'autre et des créatures en animatroniques qui s'animent suite à je ne sais quelle impulsion.
Tout dépend peut-être de savoir si - comme au théâtre justement - l'effet d'illusion et la suspension temporaire de l'incrédulité (comme disait Tzetan Todorov) sera suffisant pour vous immerger dans le jeu.
Personnellement, j'y arrive assez bien - comme dans DA 2 - mais il ne faut pas s'attendre à un Dragon Age Inquistion ou un The Witcher 3. Les influences sont bien là, les qualités aussi et Greedfall possède une "patte" qui lui est propre, une identité (ce que j'apprécie toujours dans un jeu) mais il en est une version nettement plus modeste.
Et...

Mince, je viens d'avoir une subite révélation  :o  :
Et si Teer Fradee (et donc Greedfall), avec cette étrange sensation d'artificialité rendue par ses décors redondants et ses créatures "animatroniques", n'était autre qu'une nouvelle déclinaison du Westworld imaginé par le Dr Robert Ford, alias Anthony Hopkins ?

avatar_garrus_tali

Tali

Wow. Tu as été beaucoup (beaucoup !) plus complet que moi.  ;D  Mais je suis tout à fait d'accord avec tes propos.

En revanche, concernant Westworld, étant donné que j'ai regardé uniquement 5 épisodes, je ne vais pas me prononcer  ;D  (non pas fan du tout de Westworld malgré Anthony Hopkins.  :approve:

avatar_Phacochard

Phacochard

Citation de: Tali le 22 septembre 2019 à 17:21:02Wow. Tu as été beaucoup (beaucoup !) plus complet que moi.  ;D  Mais je suis tout à fait d'accord avec tes propos.
Par contre, tu a sûrement été plus loin que moi dans le jeu ;)

CiterEn revanche, concernant Westworld, étant donné que j'ai regardé uniquement 5 épisodes, je ne vais pas me prononcer  ;D  (non pas fan du tout de Westworld malgré Anthony Hopkins.  :approve:
Question de goût. Mais ce serait dommage de ne pas aller jusqu'au bout de la saison 1 car il y a deux twists assez énormes :)

avatar_Natara

Natara

Merci pour vos retours sur ce jeu, il a l'air intéressant, malgré vos réserves sur certains aspects. Je vais voir pour essayer de trouver un peu de temps pour le regarder de plus près et peut-être m'y mettre.

Par contre, vu que je suis quelqu'un de très taquin, je reviens sur une phrase de phacochard qui m'a fait tiquer :p

CiterLes développeurs de Greedfall ne se démarquent pas sur cet aspect : dans les limites de leurs moyens, ils se sont largement inspirés de ce qui s'est fait de mieux dans le monde anglo-saxon en matière de RPG : Dragon Age, The Witcher, les derniers Assassin's Creed.

Dragon Age : ok
The witcher : c'est polonais !
Assassin's Creed : à 75% OK, si le développeur principal est au Canada, beaucoup de briques techniques du jeu sont développées dans les différents studios français d'Ubisoft.

Par contre dire qu'ils s'inspirent de block-buster ou jeux AAA, avec ces exemples, c'est 100% juste :)
"Fuck the Divine... Erm...  I'm certain the Divine is a perfectly nice person." - Fiona - Dragon Age : Asunder

avatar_mrlawyer

mrlawyer

23 septembre 2019 à 11:29:37 #5 Dernière édition: 25 septembre 2019 à 09:40:34 par mrlawyer
coucou,

Alors je vais faire quelques retours de Greedfall. Pour avoir fait plague of innocence, je dois dire que l'ambiance est bien plus remarquable sur celui-ci. Ce n'est soit pas le même jeu mais même à ce niveau on sent la limite financière du soft.

Septembre oblige, j'ai un peu la tête dans le guidon : me taper des dialogues assez mous et le jeu de dès du niveau de persuasion m'a très vite rebouté. Avec ça, je suis resté 3 jours à chercher un coffre pour débloquer la solution d'un quête. Le coffre était si bien caché que je passais devant sans le voir.
Enfin merde ils peuvent pas illuminer le coffre faire des arcs en ciel, des étoiles et un panneau à ouvrir pour les plus aveugles, pour moi ... vive les nouveaux jeux 2019 ::)

Mais, je dois dire qu'il m'est agréable de voir un jeu assez mature dans sa façon de raconter une histoire. C'est peu être la marque de fabrique de l'ancien continent.

J'ai bien aimé l'interaction des personnages sur quêtes . On a le choix de supporter les dires de notre ami ou de lui dire " ta gueule au pied, je décide". Pour autant, elles ne sont pas peaufinées. Je m'explique : on ne ressent pas de conviction sur ses phases de dialogues mis à part deux ou trois exceptions près. Si on devait comparer à technomancer... Le prologue et les dialogues avaient plus de punch. A la limite on n'aurait pas mis la voix du héros s'était pour moi la même chose. 

 c'est donc le scénario qui me donne envie de continuer. Je ne pense pas refaire deux fois le jeu. Pour l'instant il manque ce côté waouh, comme pour dao avec l'origine noble humaine ou la bataille d'ostagar. C'est peut-être moi qui suis pas mentalement dedans ou trop difficile à contenter. 

 Néanmoins il reste très agréable à suivre mais il manque sa patte originale. Plague par rapport aux autres jeu de sa catégorie te donner une larmes à l'œil ( tous les phrases D'Hugo, le doublage, les boss, la dispute Hugo et Alicia et j'en passe).

Là on a un jeu agréable mais qu'on oublie assez vite alors que le jeu était présenté comme le jeu phare de focus au contraire de plague.Car oui plague j'ai fait des extraits et des américains lambdas me le commentaient en disant que le jeu roxé du poney ( citation qui date comme son auteur ;) )

 Pour moi alors que DA2 je pourrais y passer des heures, Greedfall ne me fait passer heures ou deux. Une sorte d'ennui s'installe et je retourne sur queen of south  :P

"Des gouttes de pluie luisaient sur le médaillon que Blackwall empoignait fermement. "Les ailes de bravoure d'argentite. Elles ne veulent rien dire." Il jeta la médaille au sol, sur la terre froide et indifférente. "Vous ne savez pas ce que j'ai fait ! Vous ne savez rien de moi !"

avatar_garrus_tali

Tali

Effectivement, certains doubleurs ne sont pas ouf (ou on ne leur a pas donné matière non plus à améliorer leurs jeux). Mais je trouve que ça s'améliore au fils des quêtes. Ou alors c'est moi qui y fait moins attention.  ;D

Au sujet des quêtes et des personnages, j'apprécie que chaque quête puisse avoir une conséquence sur tes compagnons ou eux sur la quête. Il n'est pas rare par exemple qu'un des compagnons délivrent des informations complémentaires sur la quête en cours permettant de la résoudre sans conflit ou en ayant en main plus de données. Il faut donc régulièrement choisir avec soins les compagnons que nous emmenons et ça oblige aussi (enfin plus ou moins) à prendre tous les compagnons et pas juste ceux qui nous sont les plus sympathiques.

avatar_Eirlys

Eirlys

Hello, je viens apporter ma pierre à l'édifice puisque je viens littéralement de finir Greedfall (genre, y a cinq minutes).
Donc il s'agit de mon avis à chaud. (Pour info, jeu fini en mode histoire, en 35h avec je crois pratiquement toutes les quêtes terminées sauf les contrats et un truc où il fallait retrouver des papiers).

En points positifs
, je retiendrais les multiples façons de finir une quête, l'importance de l'approbation des compagnons et de leurs quêtes perso (me suis fait avoir à un moment et heureusement que j'avais sauvegardé !). L'histoire en elle-même est intéressante et chargée d'un message écologique qui peut faire réfléchir. J'ai apprécié l'aspect diplomatie que j'ai trouvé, dans l'ensemble, assez bien réussi. J'ai aussi apprécié le fait que certains choix fait dans certaines quêtes avec la présence d'un compagnon précis puisse avoir des répercussions sur votre relation. Par exemple, j'étais entrain de faire une quête perso d'un des compagnons, j'ai choisi mon 2e compagnon parce qu'il était un représentant de la faction avec laquelle on devait parlementer et bah j'ai perdu de l'affection avec lui parce qu'il n'approuvait pas mes agissements.

En points négatifs
: Les graphismes font vraiment datés, à peine mieux que DAO, je trouve. Les décors sont répétitifs. Par exemple, il y a des tableaux accrochés dans les palais et ça doit tourner autour de trois tableaux différents, accrochés tous les deux mètres. Les villages des natifs se ressemblent étrangement etc. Ensuite, la romance est quasiment inexistante, à tel point que ne pas en avoir mis n'aurait pas changer grand chose (en gros, quêtes perso x 3 + 3 dialogues à répondre correctement et c'est bon, vous êtes en couple, vous n'aurez aucune autre interaction avec eux avant le combat final). J'ai deviné la fin je dirais au bout de la moitié du jeu (disons à 55 ou 60% de la complétion du jeu). Et il manque un truc à mes yeux qui m'a soulée pendant TOUT le jeu (sauf si je l'ai manqué dans les menus mais je crois pas) : un put*** d'index pour expliquer les mots de vocabulaires des insulaires. Y en a bien certains où on devine ce dont il s'agit mais il y en d'autres, j'ai toujours pas compris ce que c'était ! C'est quand même moyen alors que j'ai fini le jeu.
La rejouabilité : je pense que ça doit être intéressant quand on a pas fait tous les bons choix dès la première partie. Ou qu'on veut la jouer bâtard... (mais ça, il suffit de reprendre une sauvegarde pour refaire le dernier combat contre le boss final) Mais sinon, vous n'hésitez jamais, vous savez quels sont les bons choix. En fait, une fois que vous avez eu tout bon, bah, aucun intérêt (pour moi) de refaire le jeu.

Voilà, en résumé, bon point pour le scénario. Les quêtes principales sont bien écrites et intéressantes. Le gameplay dans son ensemble est bien pensé (bon, j'ai attendu le 80% du jeu pour comprendre comment on améliorait les armures et les armes) et j'ai trouvé les attaques du mages assez répétitives (en fait, y a que deux attaques différentes et un bouclier magique pour parer, du coup, les combats se résument à attaque 1 - attaque 2 spammée - boire une potion - bouclier et rebelote). Jeu intéressant mais que je ne referais pas.

Bonne journée !
"Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une, ni l'autre et finit par perdre les deux." Benjamin Franklin

avatar_Phacochard

Phacochard

Citation de: Eirlys le 29 septembre 2019 à 14:03:24Et il manque un truc à mes yeux qui m'a soulée pendant TOUT le jeu (sauf si je l'ai manqué dans les menus mais je crois pas) : un put*** d'index pour expliquer les mots de vocabulaires des insulaires. Y en a bien certains où on devine ce dont il s'agit mais il y en d'autres, j'ai toujours pas compris ce que c'était !
Je crois que c'est voulu : la découverte de l'île est relativement récente et les indigènes mal connus (donc leurs langues aussi). Donc, si on se place du point de vue du personnage que l'on joue - qui en sait encore moins que certains sur l'île - ça me semble logique. De même que ça participe aussi au "pittoresque" de l'île.
Ce qui le serait moins serait de trouver un dictionnaire bilingue à la librairie du coin.
Contrairement à Dragon Age, Greedfall (ou plutôt Teer Fradee) n'a pas de frère Génitivi ;)


CiterLes graphismes font vraiment datés, à peine mieux que DAO, je trouve.
Tout de même... Ce n'est pas Red Dead Redemption 2, ok, mais ça reste correct pour un studio modeste.
Et c'est rattrapé par une direction artistique que j'ai trouvé bien belle.

Cela dit, je ne suis pas spécialement exigeant en matière de graphisme et ce n'est même pas un critère qui me fait jouer à un jeu. Exemple : The Last of US 2 sera sûrement une tuerie graphique mais le jeu ne m'intéresse pas du tout.

PS : sinon, salut Eirlys. Comme je suis nouveau, je n'avais pas encore eu l'occasion de te parler il me semble :)
 

avatar_Eirlys

Eirlys

Ah oui, je ne crois pas non plus t'avoir croisé ! Enchantée, donc !

Par rapport à l'index, autant, je comprends au début qu'il n'y ait pas de traduction, c'est même logique (encore que, on comprend que même si les rapports sont tendus, ça fait une quinaine d'années qu'ils sont installés sur l'île, les insulaires parlent bien la langue des colons...), autant quand on passe la moitié du jeu, on peut s'imaginer que notre perso ait commencé à comprendre ce que ça veut dire. Quand on joue pas d'une traite, j'avoue qu'à un moment, j'étais un peu perdue et enfin, ça doit être mon côté littéraire qui disait "nah mais ça veut dire quoi, ça, déjà ?" XD

Par rapport aux graphismes, certes le studio est petit et ce n'est pas non plus hyper important pour moi, tant que c'est jouable (ça l'était largement). J'ai prévenu que c'était un avis à chaud mais même si les graphismes ne sont pas horribles, on ne peut pas dire qu'ils fassent partie des points forts du jeu. Par contre, totalement d'accord sur la direction artistique et sur les paysages, ça c'était superbe. Mais j'ai eu des bugs de caméras assez marrants (je suis passée derrière les yeux de Constantin...je voyais donc des globes occulaires et des dents XD) et des fois, la caméra me faisait des trucs bizarres...

Mais globalement, le jeu reste bon, c'est "tout". Disons que pour moi, un jeu est excellent voire génial quand il me donne envie de relancer une partie (je fais partie des gens qui détestent faire deux fois la même chose (voir deux fois le même film/série, refaire un jeu etc. =  ennui mortel pour moi). La saga de Dragon Age fait partie de ces rares jeux auxquels j'ai joué plusieurs fois. Et Greedfall ne rentrera pas dans cette catégorie. Ca n'en fait pas un mauvais jeu pour autant (d'autant que je sais que mes critères sont très subjectifs) mais la rejouabilité est pour moi un critère important et Greedfall ne coche pas la case.

Bref, en attente désespérée de nouvelles de DA4...

Voilà, bonne journée !
"Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une, ni l'autre et finit par perdre les deux." Benjamin Franklin

avatar_Phacochard

Phacochard

30 septembre 2019 à 14:17:23 #10 Dernière édition: 30 septembre 2019 à 14:21:18 par Phacochard
Citation de: Eirlys le 30 septembre 2019 à 11:28:36Ah oui, je ne crois pas non plus t'avoir croisé ! Enchantée, donc !
Moi de même, dame Eirlys.

Citerautant quand on passe la moitié du jeu, on peut s'imaginer que notre perso ait commencé à comprendre ce que ça veut dire
Il n'est peut-être pas doué pour les langues  ;)  (mais quelle langue compliquée aussi...)
Pourtant, avec une Siora à mes cotés, je crois que pour ma part j'apprendrais vite...

Citerça doit être mon côté littéraire qui disait "nah mais ça veut dire quoi, ça, déjà ?" XD
Mmm... je ne sais pas pourquoi mais je sens la "tolkienniste" éclairée qui possède dans sa bibliothèque les dictionnaires du "Haut Elfique" et du "Bas Elfique".
Non ?  ;)

Citeret des fois, la caméra me faisait des trucs bizarres...
Je te demanderais bien des détails mais ça relève de ta vie privée  ;D

Sinon (redevenons un peu sérieux), la rejouabilité compte aussi parmi mes critères, d'autant que j'achète peu de jeux au final (moins de 5 par an, je dirais). Il faut vraiment un jeu qui m'attire et qui possède un bon potentiel de renouvellement car, si j'achète peu de jeux, j'ai l'habitude de souvent rejouer.
A l'inverse d'un ami, par exemple, qui enchaîne les jeux et ne fait jamais plus d'une partie (quand il la termine, ce qui... est rare en fait), quel que soit le jeu.
Dragon Age, c'est évidemment une bonne pioche dans ce domaine.

Ceci dit, il peut aussi m'arriver de rejouer souvent à un jeu non pas parce qu'il se renouvelle bien mais simplement parce que j'aime y (re)jouer. Ce fut le cas avec Spider-Man PS4, par exemple, dont le potentiel de rejouabilité est fort limité mais ça ne m'a pas empêché de faire 5 parties complètes (mais bon... je suis fan du personnage et aucun jeu Spider-Man n'avait jamais eu cette qualité technique)
C'est aussi le cas avec des jeux pourtant linéaires comme les 3 premiers Uncharted (plus de mal avec le 4), Bioshock Infinite et même Remember Me, qui est ultra-linéaire.

Mais bon... là aussi, c'est uniquement parce que j'aime ces jeux et leur ambiance et/ou leur gameplay.
Bref... c'est effectivement très subjectif.


CiterBref, en attente désespérée de nouvelles de DA4...

J'ai une excellente nouvelle pour tous les membres du forum, provenant d'une source sûre et aussi pure que de l'eau de roche : DA4 sortira à la même date que les deux derniers tomes de Game of Thrones de G.R.R. Martin !
(traduction : la semaine des quatre jeudi  ::) )

A plus !






avatar_Eirlys

Eirlys

Alors pour la caméra, il y a surtout un moment qui me revient en tête : j'étais entrain de me battre contre un boss et bah, la caméra s'est juste barrée dans la forêt...bon, ça a duré même pas 30 secondes et j'ai pris ça à la rigolade (heureusement que je me suis pas fait tuée dans le même temps, sans quoi j'aurais râlé !)


Alors, non, je n'ai pas les dictionnaires du haut elfique et du bas elfique (pas assez fan de Tolkien pour ça) mais j'avoue, je suis du genre un peu extrême quand je suis fan d'un univers (par exemple, j'adore Jane Austen et Orgueil et Préjugés et je pense que j'ai à peu près toutes les versions sorties, y compris BD, Mangas, La Pléiade, DVD de la série, DVD du film, Livres dérivés etc...[je me rends compte que j'ai l'air dingue, je te rassure ! XD]). Et mon côté Littéraire (en même temps, vu mon boulot...) n'en démordra pas : un lexique, ça aurait été bien, dans Greedfall !

Ah pour moi, la rejouabilité, c'est vraiment important. J'ai vraiment horreur de refaire un jeu sans qu'il y ait une possibilité que cela change (ça m'ennuie, au même titre que regarder un film une 2nde fois, ça m'ennuie mortellement (bon, sauf Orgueil et Préjugés mais là, ça compte pas XD). La seule exception à cela serait pour des jeux type Civilizations, mais là encore, y a un peu de rejouabilité (les différentes civilisations ou les différentes options pour gagner etc.). Donc pour moi, ça reste un critère primordial.


Pas cool, pour la date, j'y ai presque cru ! Méchant !
Bref, en attendant DA4, je suppose que je testerai Cyberpunk mais d'ici là, y a pas grand chose d'autre qui me fait de l'oeil.
Bonne soirée ! :)
"Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une, ni l'autre et finit par perdre les deux." Benjamin Franklin

avatar_Phacochard

Phacochard

02 octobre 2019 à 20:55:49 #12 Dernière édition: 02 octobre 2019 à 20:58:06 par Phacochard
Citation de: Eirlys le 01 octobre 2019 à 22:44:12Alors pour la caméra, il y a surtout un moment qui me revient en tête : j'étais entrain de me battre contre un boss et bah, la caméra s'est juste barrée dans la forêt...
Elle était sans doute maniée par Sam Raimi :)
Bon, ok... là, si on ne connaît pas bien Evil Dead 2, on risque de ne pas trop comprendre...
(petite explication : pour les séquences en vue subjective rapide, Raimi avait attaché la caméra sur une mobylette... et comme le film se passe en forêt... voilà, voilà... mais quand on explique, c'est toujours moins drôle)

Citer(par exemple, j'adore Jane Austen et Orgueil et Préjugés et je pense que j'ai à peu près toutes les versions sorties, y compris BD, Mangas, La Pléiade, DVD de la série, DVD du film, Livres dérivés etc...[je me rends compte que j'ai l'air dingue, je te rassure ! XD]).
Alors je suppose que tu dois avoir Orgueil & Préjugés et Zombies (je parle du comics) que j'ai lu.
Pas vraiment convaincant (le mélange des genres se fait difficilement) mais assez amusant quand même de voir Lizzie experte en arts martiaux, maniant le katana et se tenir sur un doigt :)
Et puis certains répliques : "je vais égorger Mr Darcy. Le code de l'honneur du guerrier l'exige"
J'ai surtout aimé le dessin, en fait, et le parti-pris original du crayonné/encrage partiel.
Cela dit, j'ai bien lu le roman (de Jane Austen)... il y a longtemps, j'avoue.
En film, je n'ai vu que celui avec Keira K... (un jour, j'arriverai à orthographier son nom correctement ^^)
Je crois savoir qu'il existe aussi un "dictionnaire Jane Austen" chez l'éditeur Les Moutons Electriques.
J'en fais mention car c'est un éditeur très peu connu.

CiterPas cool, pour la date, j'y ai presque cru ! Méchant !
Navré. Mais c'était trop tentant ;)

Citermais d'ici là, y a pas grand chose d'autre qui me fait de l'oeil
Idem. C'est pourquoi j'attendais beaucoup de Greedfall.
Qui est... une demi-réussite disons (je préfère voir le verre à moitié plein)

Bonsoir :)

En haut